Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Sénégal : être homme ou femme est une orientation sexuelle libre depuis l’été 2015

Posté par: Oumar ndiaye| Lundi 25 janvier, 2016 16:01  | Consulté 2168 fois  |  2 Réactions  |   
Nos artistes, musiciens-chanteurs et danseurs ont sonné l’alerte depuis le début de  la saison hivernale des tubes de cet été tropical  bien sénégalais de l'année 2015. Il était devenu claire que c’est l’apologie du genre qui était déclamée de partout : «  Sois un mâle viril ! Sois un vrai mâle ! Comme tu peux au choix devenir femelle bien sensuelle ! Na Gooréé ! Na Gooréé ! souko neekhéé djiguééné ko !» dixit Wolof NDIAYE.

Le tube a fait Buzz, chanté, déclamé et  dansé sur tous les tons à la sauce platine des DJs ou sabars des chaudes soirées sénégalaises où tout le monde s’émerveillait de découvrir que le sexe est une fabrication sociale en devenir perpétuelle. Mais il fallait ce sac pour clarifier l’aveu que c’est  vraiment selon le feeling ! Le sexe est une orientation sociale, un choix de vie délibérément. On l’affirme par le chant et on l’affiche ouvertement par sa garde robe.

Un sac-à-main conçu pour une femme est plus qu’un simple sac s’il est au bras d’un homme comme accessoire de mode. On peut, à juste titre, soupçonner qu’il traduit une tendance qui défie la norme sociale et cherche à remettre en cause les règles sociales bien établies. Dans cette besace du diable accrochée au bras d’un homme qui se trémousse se trouvent tous les maux actuels de l’humanité : le genre, le libertinage, la fin de la famille, la non-reproduction de l’espèce humaine etc…..seulement  dans la boite de pandore, au moins l’espérance était restée au fond, permettant de compter sur l’avenir. Ce qui n’est pas le cas du Sénégal où même le caractère du fait social national est abâtardi. En effet, nulle part qu'ici, personne n’aurait pu remettre en cause impunément les normes et règles sociales, fut-il une idole adulée par la jeunesse.

La liberté accordée aux artistes, entre créativité et expression débridées, est un visa à entrées multiples pour titiller nos sensibilités au changement sociale. Et depuis qu’ils sont devenus des supports publicitaires, des mannequins, tout le monde phagocyte leur aura pour vendre idées et objets, véhiculer des valeurs et des tendances. Ce n’est pas un hasard que chaque ONG s'attache les services d'un artiste-ambassadeur-de-bonne-volonté. On ne saurait  alors refuser au LGBT d’avoir un porte-étendard chez nous. Surtout qu’ils savent compter sur notre trop facile emballement médiatique qui   ne  finira que par leur rendra un grand service gratuitement.

Les laboratoires de l’eugénisme ont fini de  bien murir et de doser la potion et il ne restait plus qu’à trouver le bon canal, une veine ou une artère, qui conduira directement au cœur des jeunes sénégalais l’acceptation des théories du genre. Le Sénégal s’est bien inscrit dans la logique du libéralisme des mœurs.  Afin de toujours prévenir qu’une officine locale d’une grande ONG internationale ne nous vilipende auprès de nos partenaires techniques et financiers, nos valeurs jugées rétrogrades et incompatibles avec le respect des droits humains sont régulièrement malmenées. Et nos plus hautes autorités donnent des gages de façon récurrente aux bailleurs de fonds et aux réseaux d’influence pour prouver que notre pays mérite bien la confiance absolue des mondialisateurs.

Un sac-à-main de femme suspendu au bras d’un jeune homme est le meilleur des chocs socioculturels pour tester l’efficacité du vaccin de la globalisation. Cet accessoire indispensable à nos dames qui souvent y trimbalent leur coiffeuse et son contenu ne peut passer inaperçu surtout au bras d’une superstar de la musique ou du sport. Les sacs tendances-hommes, Besace, seau, à dos ou en bandoulière ne constituent nullement des indicateurs assez explicites des performances des lobbies qui financent le show-biz. Pour actionner les bons leviers et les mécanismes appropriés, il faut  oser et  surtout sortir de l’ordinaire du petit carré du socialement permis.

La fébrile cavale émotive, sous-tendue par des réactions épidermiques, transformera  le fautif sympathique(le cas Karim WADE) au point de rehausser son aura et de lui permettre de faire encore plus d’émules. Le sac-à-main de femme pour homme a de beaux jours devant lui car il s’inscrit dans une logique implacable qui nous échappe et dépasse de loin même ceux qui le revendiquent actuellement comme expression légale de leur liberté individuelle.

C’est dans ce sens qu’il faut comprendre  le ciblage de l’externalité et de la coercition du fait. En effet depuis Emile DURKHEIM, il est établi que les faits sociaux sont «  des manières d’agir, de penser et de sentir qui présentent cette remarquable propriété qu’elles existent en dehors des consciences individuelles. Non seulement ces types de conduite ou de pensée sont extérieurs à l’individu, mais ils sont doués d’une puissance impérative ou coercitive en vertu de laquelle ils s’imposent à lui, qu’il le veuille ou non. »  Sauf s'il s'agit des faits sociaux des sociétés du 1/3 monde. Ainsi « chacun joue des rôles dont la définition lui échappe en partie ou chacun respecte des normes et des règles qu’on ne peut remettre en cause. »

Et ceux qui ont notre délégation d’initiative, qui font l’agenda des médias et financent nos politiques sociales et de développement le savent mieux que nous et s’y appuient savamment pour orienter notre humanité  qu’ils veulent asexuée. Un  Sac-à-main de femme au bras d’un homme est une véritable boîte de pandore. Le succès est un malheur pour celui qui en a, disait Thione le père de Wâly,  sans  préciser qu’heureux celui qui sait gérer son succès au-delà du simple bling-bling et ses retombées financières.

 L'auteur  oumar ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Janvier, 2016 (19:45 PM) 0 FansN°:1
changer la photo par respect pour les chretiens .elle ressemble trop a l image qu ils ont de Jesus.
Auteur@anonyme1 En Janvier, 2016 (07:41 AM) 0 FansN°:2
Désolé mais cette personne est une vedette de la musique moderne qui a remporté une compétition internationale. son talent fou avait comme support son corps de femme barbu tel un homme, habillé de robe ultra-moulant....vous voyez le topo: na gooréé souko neekhéé jiguééné ko, teuss!

Ajouter un commentaire

 
 
oumar ndiaye
Blog crée le 31/01/2012 Visité 858097 fois 169 Articles 11244 Commentaires 64 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Baaba Maal : odyssée d’une vie et ce que le film n’a pas révélé de l’artiste et de l'homme.
Musiques et mœurs du Sénégal : nos danses sont la signature de notre érotisme.
L’habillement sexy est un acte politique de la femme sénégalaise.
Yiilel, le chacal totémique de la ville de Kanel.
23 mars 2015: L’intifada des Imbéciles aura-t-elle lieu ?